Et si votre personnage venait tout changer?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]

Aller en bas 
AuteurMessage
Laura S. Lunadeus
L'esprit libre / Admin suprème
avatar

Messages : 122
Points : 162
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Probablement dans mon bureau

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: Bois de houx; 30,3 cm; crochet de basilic

MessageSujet: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Dim 16 Sep - 15:10

    Le très connu garde-chasse de Poudlard Rubeus Hagrid et moi-même étions allé chercher le jeune monsieur Potter chez lui pour le ramener dons notre monde. Le seul reproche que j'ai à faire est que je n'avais strictement rien demandé et qu'en fait ça m'ennuyait plus qu'autre chose. Quand on y pense, qu'est-ce que j'ai à voir avec ce gamin? Pas grand chose!
    Alors que Dumbledore es venu me trouver, je ne pensais pas du tout que cette histoire prendrait autant de temps. Et là on touche le cœur du problème: Le temps, je n'en ai pas, je n'en ai plus. J'ai passé neuf ans de ma vie à attendre. Attendre n'importe quoi, n'importe qui. Finalement, c'est Albus Dumbledore qui est venu. Pendant neuf ans, rien et puis soudain, tout s’enchaînait. Harry et sa surveillance, envoyer ses lettre à Harry, aller chercher Harry chez sa tante. Harry, Harry et encore Harry. J'en pouvais plus! C'était trop d'un coup! Il était juste un inconnu pour moi, et en plus un inconnu qui ressemblait à James Potter! En sortant d'Askaban, je ne pensais qu'a tout ce que j'avais laissé dehors.
    Narcissa avait eu un enfant. Était-il toujours fils unique? Et elle, était-elle toujours aussi heureuse de sa situation? Si je me présentait à elle, me repousserait-elle? Cissy, je l'avait toujours apprécié, mais mes erreurs auront peut-être eu raison de notre amitié. Je ne lui en voudrait pas pour ça.
    Vous vous dites sans doute que parler de Narcissa c'est bien beau mais il n'y avait pas qu'elle. C'est vrai. Je n'avais pas qu'elle avant Askaban. Mais pour l'instant, j'ai peur de penser à Severus. Il peut s'être passé tellement de choses en neuf ans. Une fois par mois, il m'envoyait un bouquet de roses. Et si il faisait ça simplement comme on lasse ses chaussures? Juste comme ça, pour se donner bonne conscience? Je n’osait même pas me demander où il se trouvait. Encore moins avec qui. Moi je savais ce que je pensais, mais lui? Au départ, je ne devais pas sortir de cette cellule. Alors pourquoi m'aurait-il attendu?

    A cause de toutes ces questions, impossible de fermer l’œil. Et puis c'est pas non plus comme si j'avais été toute seul. A peine arrivé chez moi, Hagrid avait accaparé le canapé. Vous devez me connaître maintenant alors vous savez que je ne suis pas sociable. Le fait de recevoir des gens chez moi n'était pas réellement prévu. Je n'avait pas de chambre d'amis et le canapé était déjà un bel effort. Et c'est donc en gentille femme de bonne famille élevée en partie par les Black que j'ai laissé mon lit à Potter. Et comme je l'ai dit plus tôt, je n'ai pas dormi alors ça ne m'a pas trop dérangé... mais quand même un peu par principe. C'était mon lit, mais bon.
    Le lendemain, j'étais fatigué et d'une humeur de chienne. Tout ce qu'il fallait. Je savais qu'après il faudrait aller dans toutes sortes de boutiques de fourniture scolaires et que je devrais moi-même faire quelques achats. Je n'en avait aucune envie.
    Nous nous sommes donc rendu à Londres par les moyens moldus les plus courants comme le train. Je ne vous raconte même pas la tête des gens en voyant Hagrid. Harry semblait s'en amuser et les deux hommes n'arrêtaient pas de parler à voix basse. Je savais qu'ils parlaient de James Lily ou de notre monde en général. J’essayais de ne volontairement rien entendre. Leurs messes basse m'exaspéraient. Une fois au Chaudron Baveur ça ne s'est pas arrangé. J'avais mis ma cape dans le but de me cacher un peu et était passé devant eux. J'ai traversé la salle et alors que je pensais être passé inaperçue, j'ai entendu ce que je redoutais.

    « Par la barbe de Merlin, mais c'est Harry Potter! »

    *Oh non... * Là il était cuit. Hagrid collait Harry et se ventait d'être avec lui en lui présentant tout un tas de gens qui se fichaient pas mal d'un demi-géant tel que lui. Je suis donc retourné vers eux dans le but de les extirper de là. J'ai Pris Harry par les épaules et lui ai parlé à l'oreille pour la discrétion.

    « Potter, il faut y aller »

    Et puis je ne sais quel abrutis est passé un peu trop près et ma capuche est tombée. C'est le truc qui m'a stoppé net et je suis resté en arrêt. Impossible de bouger. Mais de toute évidence, je n'était pas la seule à ne plus bouger. Plus un bruit dans le pub. Et puis un jeune homme s'est approché.

    « -Professeur Quirrell! J'ignorais que vous étiez là. Vous devez connaître le jeune monsieur Potter. Ainsi que le professeur Lunadeus, ne serais-ce que de nom.
    -Le p-professeur Lunadeus? Je n-ne me souvient p-p-pas l'avoir vu à P-Poudlard.
    -Elle vient d'être recrutée et...
    -Enchanté monsieur P-Potter. »

    Bon, ça c'était fait. Je ne sais pas quoi mais il y avait quelque chose de louche chez ce professeur. Et ce n'était pas seulement parce qu'il n'avait strictement rien à faire de moi. Et en plus j'allais devoir me le coltiner toute l'année!

____________________________________

La lumière prend parfois forme humaine
Il y a des personnes dont on ne peut se passer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-new-hogwart.fr1.co
Harry J. Potter
L'As du balais
avatar

Messages : 120
Points : 167
Date d'inscription : 20/01/2012
Localisation : Surement perdu dans Poudlard...

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: baguette en bois de houx et plume de phénix mesurant 27,5 centimètres

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Dim 11 Nov - 13:05

    Après son propre « kidnapping », Harry avait eu le droit à l’amabilité du professeur Lunadeus qui les avait accueilli (sans pour autant à bras ouvert) lui et Hagrid chez elle. Elle n’était non pas froide avec son nouvel élève, mais quelque peu distante ce qu’il avait lui-même ressentit dès leur rencontre sans bien comprendre pourquoi. Il avait alors supposé comme première justification qu’elle ne devait pas particulièrement aimer les enfants. Toutefois il sent était arrêté là, ne se creusant pas la tête de mille questions.

    Ainsi, à la suite de remerciements (après tout il n’avait pas perdu les bonnes manières qu’on lui avait enseigné) il avait occupé le lit de son hôte la nuit de cette éprouvante journée, riche en surprise. De plus il était à présent certain que cela n’allait pas s’arrêter tout de suite et qu’ils ne le ramèneraient pas de sitôt dans la demeure de son oncle et sa tante, et à vrai dire il s’en réjouissait : sa vie avait enfin pris un autre tournant et lui prouvait qu’il n’était pas destiné à moisir voir se dessécher dans un placard en dessous d’un escalier. C’était déjà plus rassurant, non ? En tout cas si vous ne trouvez pas moi je trouve, na ! Bref mon avis ne vous importe que peu dans cette histoire, donc revenons y…

    A son réveil toute la petite troupe ou presque était déjà debout. Je dis bien presque puisque quand passant près du canapé il remarqua que ce n’était pas le cas du garde-chasse qui avait ronflé parfois un peu fort. Mais contrairement à lui il y avait le professeur Lunadeus qui semblait bien matinal ou alors…qui avait passé une mauvaise nuit, mais c’était sans commentaire.

    Enfin quand tout le monde fut en route, on annonça à Harry quel était le déroulement de la matinée ; ils devaient acheter les fournitures du garçon pour le début d’année qui approchait à grand pas. Et alors qu’il était émerveillé par les nombreuses boutiques, Laura ne semblait pas très enchantée à l’idée de faire les achats aujourd’hui. Elle avait par ailleurs mis la capuche de sa cape sur sa tête comme si elle semblait vouloir passer inaperçu, ce dont Harry n’avait pas saisit le sens. Cependant il n’eut pas le temps d’y réfléchir car à peine entré au Chaudron Baveur, on l’interpella.


    « Par la barbe de Merlin, mais c'est Harry Potter! »

    Alors que celui-ci devenait de plus en plus déboussolé, d’autre s’exclamait à leur tour son prénom. Comment le connaissaient-ils ? Alors que lui n’avait même pas entendu parler d’eux. Trop de questions sans réponses se posaient à lui en un même instant et heureusement le professeur Lunadeus avaient la même idée qu’Harry : s’éclipser plutôt qu’être présenté à tous ces êtres inconnus pour ne pas gâcher l’enthousiaste du demi-géant.
    Mais trop tard le professeur était embarqué par d’autres exclamations suivant un grand silence, et Harry eut d’ailleurs du mal à comprendre tous ce qu’ils dirent, tellement le brouhaha était grand.
    Puis le jeune Harry réussit à capter les mots du professeur Quirrell qui venait de s’adresser à lui bien que celui-ci buttait sur les mots.


    « Enchanté monsieur P-Potter. »

    Il lui rendit alors un sourire avant d’être emporté par Hagrid dans un endroit plus calme, c’était une manière d’esquiver la foule après son entré.

    « -Alors ? Impressionnant n’est-ce pas ?
    -Oui surtout que ces gens semblent me connaitre, et moi non. Comment connaissent-ils m’ont nom d’ailleurs? »

    Mais Hagrid ne répondit pas et se tourna vers Lunadeus, il préférait surement lui laisser la chance(ou non) de lui expliquer.

____________________________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura S. Lunadeus
L'esprit libre / Admin suprème
avatar

Messages : 122
Points : 162
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Probablement dans mon bureau

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: Bois de houx; 30,3 cm; crochet de basilic

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Lun 12 Nov - 13:41

    Malgré de grandes précautions, tout le chaudron baveur semblait avoir vu une revenante. Peut-être certains avaient reconnu la personne qui avait torturé un membre de leur famille ou l'un de leur amis. Le fait est qu'ils me dévisageaient en se demandant pourquoi le ministère avait demandé ma libération. Que croyez-vous qu'ils feraient si on leur disait que j'allais enseigner à l'école de magie de Grande-Bretagne. En tout cas je ne leur ai rien dit et je crois que j'ai bien fait. Pas vous? Pff, de toute façon, votre avis, je n'en ai plus besoin. En plus, il n'est pas souvent judicieux.
    Au bout d'un instant, Hagrid se décida à bouger et entraîna Harry dans la cour extérieur, à l'arrière du pub.

    « -Alors ? Impressionnant n’est-ce pas ?
    -Oh oui, c'est très impressionnant! C'est surtout de grand abrutis. Ces gens se croient tout permis! Non mais c'est dingue!
    -Oui surtout que ces gens semblent me connaître, et moi non. Comment connaissent-ils m’ont nom d’ailleurs? »

    Et c'est là qu'Hagrid s'est tourné vers moi. Ce n'est qu'un peu après que j'ai compris qu'il attendait que je réponde à la question.

    « Quoi, moi? Pourquoi faut-il toujours que ce soit à moi de répondre à ces questions? Vous ne croyez pas que c'est suffisamment difficile pour moi comme situation? Non, bien sûr que non, vous ne savez pas. Et bien je vous le dit, j'en ai marre de toutes ces embrouilles de Dumbledore. Ça fait presque 12 ans que ça dure et 12 ans c'est beaucoup trop! Cette fois, débrouillez-vous tout seul, moi j'en ai ma claque. »

    Peut-être ai-je été un peu dure sur le coup mais c'est vrai quoi! Vous n'imaginez pas tout ce que cela pouvait faire remonter comme question. A votre avis ça donnerait quoi? Moi je le sent comme ça: Pourquoi je suis connu? Oh, c'est très simple mon petit, parce que tes parents sont mort dans d'atroce souffrance alors que toi tu es toujours là à me faire ch*** comme pas permis. Oh et au fait, ta mère c'était ma sœur et je ne pouvais pas voir ton père en peinture. Non, je ne le sentais pas comme ça.
    Harry me dévisageait et Hagrid me regardait avec un air insistant. Il voulait vraiment que je réponde à ce garçon à sa place. Alors je me suis tourné vers lui et j'ai tout déballé à une vitesse impressionnante.

    « Bien, je vois, mais je vous aurais prévenu. Alors tu te demande pourquoi ces gens connaissaient ton nom, c'est bien cela? Bon, alors voilà. Tu devais avoir à peu près un an à ce que l'on m'a dit et Le seigneur des ténèbres voulait avoir toutes les créatures magiques sous ses ordres et toi, tu étais un obstacle. Lorsqu'il est venu te tuer, tes parents se sont mis sur son chemin. Mais toi, toi tu as survécu. Tu es le seul à avoir survécu au seigneur des ténèbres. Et même plus que cela, après qu'il ai tenté de t'assassiner, il s'est mystérieusement volatilisé. Bon, bien entendu, ce n'est qu'un petit résumé et pis je n'ai pas la science infuse à se sujet mais c'est à peu près cela. »

    Là, je l'avais complètement perdu mon petit Potter. Il ne savait plus que dire alors moi j'ai ouvert le passage vers le chemin de traverse.

    « Bon, alors? Vous venez ou vous préférez dormir sur place? Et puis je n'ai pas que cela à faire! »

____________________________________

La lumière prend parfois forme humaine
Il y a des personnes dont on ne peut se passer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-new-hogwart.fr1.co
Harry J. Potter
L'As du balais
avatar

Messages : 120
Points : 167
Date d'inscription : 20/01/2012
Localisation : Surement perdu dans Poudlard...

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: baguette en bois de houx et plume de phénix mesurant 27,5 centimètres

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Ven 21 Juin - 17:31



    « Quoi, moi? Pourquoi faut-il toujours que ce soit à moi de répondre à ces questions? Vous ne croyez pas que c'est suffisamment difficile pour moi comme situation? Non, bien sûr que non, vous ne savez pas. Et bien je vous le dit, j'en ai marre de toutes ces embrouilles de Dumbledore. Ça fait presque 12 ans que ça dure et 12 ans c'est beaucoup trop! Cette fois, débrouillez-vous tout seul, moi j'en ai ma claque. »

    Le professeur devait avoir de nombreuses raisons pour piquer soudainement une crise sous prétexte qu’on lui avait laissé la parole. Mais Potter ne connaissait encore que peu Laura pour comprendre ses raisons. Il  lui aurait surement fallu connaitre son passé ou au moins le lien qui l’unissait à elle.  L’un des deux l’aurait surement éclairé et aider à compatir. Toutefois ce peu de connaissance par rapport à elle, fut qu’il ne ressentit rien, sinon de l’incompréhension…encore et toujours de l’incompréhension…

    A l’opposé on pouvait lire sur le fort visage du garde de chasse qu’il n’avait aucun mal à saisir ou elle souhaitait en venir, mais qu’il n’en tenait pas rigueur : il s’entêtait plutôt à lui laisser la parole en lui renvoyant un regard insistant. De son côté le jeune Potter était resté figé ; il attendait clairement une réponse en dévisageant mutuelle ses aînés. Réponse qui fut tardive à venir mais qui fut à nouveau un coup dans la poitrine, semblable à celui de la veille.

    « Bien, je vois, mais je vous aurais prévenu. Alors tu te demandes pourquoi ces gens connaissaient ton nom, c'est bien cela? Bon, alors voilà. Tu devais avoir à peu près un an à ce que l'on m'a dit et Le seigneur des ténèbres voulait avoir toutes les créatures magiques sous ses ordres et toi, tu étais un obstacle. Lorsqu'il est venu te tuer, tes parents se sont mis sur son chemin. Mais toi, toi tu as survécu. Tu es le seul à avoir survécu au seigneur des ténèbres. Et même plus que cela, après qu'il ait tenté de t'assassiner, il s'est mystérieusement volatilisé. Bon, bien entendu, ce n'est qu'un petit résumé et pis je n'ai pas la science infuse à ce sujet mais c'est à peu près cela. »

    Au moins il commençait à avoir ce qu’il voulait à force de réclamer. Il n’allait pas non plus se plaindre  que la vérité éclate enfin de manière claire et presque précise. Certes elle n’était pas toute rose, mais il fallait si attendre vu le monde dans lequel il était né. Cependant revenons de plus près à notre Harry, car c’est vrai qu’il n’en apprenait qu’au fur et à mesure mais déjà une foule de questions surgissaient en lui en plus de mélanges d’émotions. Malgré cela il resta silencieux un petit moment, c’est-à-dire le temps pour le garde-chasse de répondre à l’interrogation du professeur Lunadeus par un : « Oui, oui…c’est bon, on vient » et d’emmener Potty avec eux dans le chemin de traverse. Mais  ce calme ne dura pas plus longtemps car les questions rongeaient le jeune garçon.

    « Vous voulez dire que mes parents sont morts pour avoir voulu me protéger face à ce mage noir ? (Une larme avait coulé sur sa joue en pensant que ses parents avaient donnés leurs vies pour le défendre) Mais pourquoi voulait-il rassembler les créatures magiques autour de lui ? Pour le pouvoir ? (lança-t-il à tout hasard) et puis d’abord quel était son nom ? Et comment expliquez-vous que je sois le seul à avoir survécu ? C’est impossible, ou alors il doit y avoir d’autres personnes dans le même cas que moi. »


____________________________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura S. Lunadeus
L'esprit libre / Admin suprème
avatar

Messages : 122
Points : 162
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Probablement dans mon bureau

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: Bois de houx; 30,3 cm; crochet de basilic

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Mar 25 Juin - 13:31


La situation devenait compliquée. Pas parce que le garçon se posait des questions. Ça, c'était normal et Laura s'y attendait. Mais que le garde chasse lui demande de répondre rendait la tache difficile. Laura était à fleur de peau et cette partie de sa vie était très largement refoulée. Les deux hommes avaient certainement remarqué l'hostilité face aux questions qui concernaient le Lord ou tout ce qui l'approchait. Et ce n'était certainement pas fini. Mais elle craignait autre chose. Ce qui touchait le Lord touchait aussi sa sœur. Dans ce cas, sa réaction était plus qu'incertaine. Deux solutions étaient possibles: soit elle les envoyait balader avec une méchanceté peu commune, soit elle craquait et pleurait toutes les larmes de son corps. L'un comme l'autre, mieux valait l'éviter.
Ils commencèrent à avancer dans la rue pleine de monde. Laura avait remis sa capuche et tenait Harry par le bras pour éviter qu'il ne traîne derrière et se perde. Le prendre par la main ne lui semblait pas possible pour le moment. Le geste aurait été mal interprété. Elle n'était pas attachée à lui. Du moins elle ne le dirait pas. Mais il y avait tout de même ce petit air de Lily qui la faisait fondre. Rien de plus compliqué que de faire abstraction. Et il ne semblait pas avoir de mauvaises manières. En bref, elle n'avait pas grand chose contre lui. Et puis il pris la parole, d'un coup.

« Vous voulez dire que mes parents sont morts pour avoir voulu me protéger face à ce mage noir? Mais pourquoi voulait-il rassembler les créatures magiques autour de lui? Pour le pouvoir? Et puis d’abord quel était son nom? Et comment expliquez-vous que je sois le seul à avoir survécu? C’est impossible, ou alors il doit y avoir d’autres personnes dans le même cas que moi. »

Elle se retourna juste pour voir mais elle s'arrêta en voyant une larme couler le long de sa joue. Laura l'emmena sur le côté de la rue pour éviter de gêner la circulation. Elle se mit à sa hauteur et le pris par les épaules, le regardant dans les yeux. Elle nota une légère réaction effrayée lorsqu'il croisa le regard reptilien du professeur Lunadeus.
« Potter. Vos parents vous ont défendu parce que c'est dans la nature humaine de protéger ses enfants. Quand au mage noir, le pouvoir était son ambition ultime. Il était prêt à tout pour mener le monde entier comme il le souhaitait. Quand à son nom, nous ne le prononçons pas. »

Hagrid que cette question démangeait se pencha vers le garçon pour lui souffler à l'oreille. Bien entendu, elle entendit de quoi il s'agissait et était profondément outrée par ce qu'il avait osé faire.
« -Lord Voldemort.
-Hagrid!! Je n'arrive pas à croire que vous ayez osé faire ça! N'y a-t-il donc rien de sacré à vos yeux!
-Allons professeur, ce n'est pas contre vous
-Enfin, passons. Mais ne prononcez jamais plus ce nom devant moi! »

Elle se calma un peu avant de reprendre une grande inspiration et de revenir vers Harry.
« Pour finir, je ne m'explique pas le pourquoi de son échec avec vous mais vous êtes bel et bien le seul à pouvoir vous vanter d'être en vie après son passage. Lorsque celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom veut tuer quelqu'un, il y arrive toujours. Mais non seulement il vous a raté, mais il a aussi disparu. »

Laura repris son futur élève par la manche avant de l'entraîner jusqu'à la banque des sorciers. Elle entra un peu nerveuse en tirant sa capuche en avant. La grande salle lui semblait trop lumineuse pour qu'elle reste sans danger. Laura remis la clef du coffre du jeune garçon à Hagrid avant de sortir.
« -C'est vous qui les aviez?
-Disons que j'ai mes raisons de les avoir. »

Son regard se voulait insistant mais un peu hostile. Elle laissa Hagrid s'occuper du budget et attendit dehors.


____________________________________

La lumière prend parfois forme humaine
Il y a des personnes dont on ne peut se passer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-new-hogwart.fr1.co
Harry J. Potter
L'As du balais
avatar

Messages : 120
Points : 167
Date d'inscription : 20/01/2012
Localisation : Surement perdu dans Poudlard...

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: baguette en bois de houx et plume de phénix mesurant 27,5 centimètres

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Sam 5 Oct - 14:19


    Le jeune Harry attendait et avait encore  besoin de beaucoup de réponses pour mieux comprendre le monde dans lequel il vivait. La plus part de ces réponses se trouvaient dans le passé, celui à l’époque de ses parents notamment. Mais le futur Gryffondor ne pouvait encore le devinez tout seul ; il était donc nécessaire qu’on lui vienne en aide ou au moins qu’on lui éclaire quelques pistes.
    Heureusement, pour l’heure, le professeur Lunadeus accepta de répondre à ces questions dans un coin un peu plus reculé que le milieu de l’allée. Elle devait avoir eu pitié du malheureux pour apparaitre moins réticente qu’auparavant.  Toujours est-il qu’Harry fut assez surpris quand celle-ci s’abaissa à lui puis le prit par les épaules, de croiser son regard reptilien. Il n’avait encore jamais remarqué cette particularité chez le professeur. C’était à la fois tout nouveau et étrange pour lui, un peu comme le monde magique qui s’ouvrait maintenant à lui et le rendait encore plus intéressé qu’avant par l’émerveillement que ses éléments produisaient sur un garçon de son âge.


    « Potter. Vos parents vous ont défendu parce que c'est dans la nature humaine de protéger ses enfants. Quant au mage noir, le pouvoir était son ambition ultime. Il était prêt à tout pour mener le monde entier comme il le souhaitait. Quant à son nom, nous ne le prononçons pas. »

    Jusqu’ici, Harry avait écouté attentivement les paroles de son interlocutrice, tentant d’enregistrer même la moindre des informations. Mais comme celle-ci ne précisait pas sa fin de phrase, Hagrid s’en chargea en soufflant à l’oreille du garçon le nom de celui-dont-on ne devait justement pas prononcer le nom, ce qui eut pour effet de remonter le professeur Lunadeus qui s’emporta brusquement.

    « -Lord Voldemort.
    -Hagrid!! Je n'arrive pas à croire que vous ayez osé faire ça! N'y a-t-il donc rien de sacré à vos yeux!
    -Allons professeur, ce n'est pas contre vous
    -Enfin, passons. Mais ne prononcez jamais plus ce nom devant moi! »

    C’était donc après une courte pause, le temps pour le professeur Lunadeus de retrouver son calme qu’elle reprit la réponse qu’elle n’avait pu achever.

    « Pour finir, je ne m'explique pas le pourquoi de son échec avec vous mais vous êtes bel et bien le seul à pouvoir vous vanter d'être en vie après son passage. Lorsque celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom veut tuer quelqu'un, il y arrive toujours. Mais non seulement il vous a raté, mais il a aussi disparu. »

    Sans le savoir, le professeur Lunadeus se trompait bien sur le compte du jeune Potter. Il n’était pas le genre de garçon à se vanter de ce type de chose, ni de quoi que ce soit d’ailleurs. En effet sur ce point, Harry n’avait en rien hérité de son père ; c’était même au contraire un gamin qui préférait rester dans l’ombre, se faire le plus discret possible et ne pas attirer l’attention sur sa personne : ça c’était vraiment une chose qu’il détestait ! Mais on ne pouvait guère lui en vouloir en voyant la manière dont il avait vécu jusqu’à présent d’avoir toujours voulu s’adonné à rester une personne simple et modeste.

    En attendant les dernières phrases de son futur professeur, Harry ne savait comment réagir.  Il se demandait ce que son ainé sous entendait. Ou voulait-elle en venir exactement? Voulait-elle dire qu’il allait mourir ? Evidemment qu’il mourrait un jour ou l’autre, ça il le savait mais de la main du même homme qui avait tué ses parents, c’est ça qu’elle voulait dire ? Insinuait-elle que cela faisait un bon moment qu’il était en danger de mort ? Qu’il avait réellement quelque chose ou plutôt quelqu’un à craindre ? Et que personne n’avait réagi jusqu’à présent ? (ou du moins pas de la manière dont il aurait pu être au courant). En tout cas, cela entraina une toute autre cascade de questions se résumant à celle-ci : Pourquoi étaient-ils venus le chercher chez les Dusley seulement maintenant ?
    Néanmoins, ce ne fut pas la question que posa le garçon, après quelques minutes de silence, en retour de l’explication qu’on venait de lui donner. Quelque chose lui faisait dire qu’il aurait encore bien le temps de découvrir la réponse dans les années à venir. La question qu’il posa n’avait rien à voir avec celle-ci ou du moins pas qu’il ne le sache…


    « -Pour quelle raison a-t-il disparu ?
    -En vérité, on dit qu’il est mort. Pour moi ce sont des balivernes. Non, j’pense qu’il est toujours vivant mais trop faible pour continuer. En tout cas, une chose est sûre ; il y a quelque chose en toi qui la réduis à néant cette nuit-là. »

    Hagrid s’était permit de répondre à sa question, le temps pour eux d’arriver jusqu’à la banque des sorciers ou ils entrèrent tous les trois. Cependant le professeur Lunadeus préféra se retirer et les attendre à l’extérieur. Une nouvelle fois, Harry ne comprit pas son geste mais contrairement auparavant il n’en tint pas rigueur en se disant que ça devait venir de sa personne. C’est donc dans un calme plein de réflexion qu’ils allèrent chercher une part l’argent dont Harry avait hérité ainsi qu’un objet dont la valeur était inconnue aux yeux du futur élève. Ce dernier avait été assez impressionné par les créatures qui s’occupaient de la gérance du bâtiment. Elles n’appartenaient pas au monde qu’il avait connu jusque-là, et ce n’était encore qu’un aperçu de ce qu’il allait croiser par la suite…



HS: j'ai préféré te laisser prendre les choses en main pour la poursuite du rp, ce qui fait que je n'ai pas tellement avancé dans l'histoire désolé :/

____________________________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura S. Lunadeus
L'esprit libre / Admin suprème
avatar

Messages : 122
Points : 162
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Probablement dans mon bureau

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: Bois de houx; 30,3 cm; crochet de basilic

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Dim 6 Oct - 10:16

H.S: Je sais pas si je dois te dire merci ou aller chercher une corde...

Le jeune Harry avait de multiples raisons de ne pas comprendre son futur professeur. Il y avait des moments où elle-même ne se comprenait pas. Des moments où elle cherchait à comprendre ce qui se passait dans sa propre tête. Pourquoi avoir réagit ainsi? Qu'est-ce qui me fait peur ici? Pourquoi ai-je répondu cela? Des impulsions totalement incontrôlées qu'elle ne s'expliquait pas. Du moins pas totalement. Oui, parce que les neuf ans d'enfermement qu'elle avait passé ne devaient pas être totalement innocents non plus. Certes, l'isolement ça fait des dégâts. Mais le plus dur là-bas, c'était le temps. Pas la météo déplorable chaque jour de l'année. Non, le temps qui passe. Ou plutôt qui ne passe pas. N'avoir aucune notion de ce temps qui vous file entre les doigts. Au début, on essaye de compter les jours au moins. Mais après quelques mois on lâche l'affaire. Après tout, lorsque l'on sait que l'on va y passer toute sa vie, à quoi cela pourrait-il bien servir de compter combien de temps elle a duré. À rien si ce n'est se faire du mal. Voilà vers quoi la pensée de Laura s'était orientée le temps que son élève n'aille remplir sa bourse. Lorsqu'il reparut, il était plein d'émerveillement et de nouvelles questions. Quand à Laura, elle se retrouva partagée entre l'amusement et l'agacement. Non, parce que c'est bien beau de se poser des questions, mais qui allait devoir y répondre? Bah oui, c'était elle. Ou alors Hagrid mais ce n'était pas une très bonne idée. Il risquait plus de l'embrouiller qu'autre chose. Donc les trois... gens, reprirent leur route. Là ça allait devenir amusant. Oui, bon, la banque c'est mignon, plein de gobelin, de dragon et tout, mais il fallait acheter les fournitures magique dont Harry ne connaissait rien sur rien. Et là ça allait devenir amusant. Cette fois, Laura pris le commande. Non, en fait, une fois de plus, Laura pris les commandes. Oui, là c'est mieux.

« Bon, voilà ce que je vous propose. Hagrid vous pouvez vos achats personnels puisque je vous vois bien regarder autour de vous, et moi j'accompagne monsieur Potter chercher sa baguette. »

Là dessus, elle lui glissa un petit regard complice et amusé. Il avait l'air tout simplement ravi et pressé de pouvoir tenir sa propre baguette magique. Ce qui ce comprenait assez bien d'ailleurs. Hagrid avait l'air déjà parti dans ses achats. Laura se dépêcha donc de lui donner un point de chute.

« Disons que nous nous retrouvons après devant la boutique de monsieur Ollivander. »

Le demi-géant fit un signa de tête et partit aussitôt. Et là, Laura eut une drôle d'impression. C'était la toute première fois qu'elle se retrouvait seule avec Harry. Le fils de sa sœur. Son neveu. Celui dont elle n'avait appris l'existence qu'à la mort de sa Lily. Bon, si elle avait voulu noircir le tableau, elle aurait ajouté qu'il était le fils de James et le filleul de Sirius. Mais elle n'avait aucune envie de noircir ce tableau. Elle eut un moment d'arrêt avant de mettre sa main dans le dos de son futur élève pour l'orienter dans la bonne direction. Même ce contact lui fit tout drôle. Un moment, elle repensa à ce que Pétunia avait dit. Si elle n'avait pas été en prison, elle serait certainement allé le chercher. Toute anti-maternité qu'elle était, prendre soin du fils de sa Lily lui aurait certainement fait du bien. Maintenant la situation était tellement compliquée. Il ne devait pas même savoir qu'elle avait un lien avec lui. C'était une criminelle à peine relâchée. Les regards des passants lui rappelaient bien d'ailleurs. Elle espérait simplement qu'aucun ne commette l'erreur de le dire tout haut. Autrement Harry risquait d'être encore plus perdu que maintenant. Et elle aurait encore plus de mal à se cacher.
Finalement, ils arrivèrent devant la boutique tant attendue. Celle où tous les sorciers passent un jour ou l'autre. Celle où elle-même avait vécue un des plus beaux moments de sa vie. D'ailleurs, ce n'était pas un hasard si elle avait envoyé Hagrid ailleurs pour ce moment-là. Elle voulait profiter de son neveu dans son entrée officiel dans le monde magique. Parce que sa première baguette, c'était important.

« -Ah, Miss Lunadeus. Je me demandais si j'allais vous revoir un jour. Bois de houx et crochet de basilic, c'est bien cela?
-Tout à fait. Ravie de vous revoir également.
-Et voici donc monsieur Potter. J'attendais avec impatience votre venue dans ma boutique. »

Amusant. Vraiment. Non seulement ce vieil homme se rappelait parfaitement de chaque baguette, mais aussi de ceux qui n'avaient pas encore la leur. Et Laura n'avait pas oublié qu'il ne l'avait pas appelé Miss Evans, comme il l'avait fait à leur première rencontre. Un homme exceptionnel que tout le monde magique aimait revoir de temps  en temps.
Il commença à faire essayer à Harry différentes baguettes. La première tentative fut un raté. La seconde une catastrophe. Malgré elle, Laura souriait faute de pouvoir rire ouvertement. Il faut dire que les réactions d'Harry étaient tordantes. Puis le vieil homme eut un moment d'hésitation. Il marmonnait. Laura réussit à entendre ce qu'il disait mais elle doutait qu'Harry n'y soit arrivé. Et elle compris où Ollivander voulait en venir. Il tendit une nouvelle baguette à Harry et la réaction fut immédiate. Cette fois, Laura n'eut plus du tout envie de rire. Il y avait donc bien un lien entre le jeune garçon et le maître. Outre la prophétie, il y avait un lien magique. Deux baguettes identiques pour deux ennemis. De tout son cœur, elle espérait que les rumeurs affirmant qu'il n'était pas mort soient fausses. Il devait être mort. Ou il n'aurait aucun mal à le retrouver... Mais non, il devait être mort. Autrement il se serait déjà manifesté. Avec tous ses disciples qui étaient encore en liberté, il aurait forcément trouvé un moyen de revenir finir le travail. Oui, il était certainement mort.
Laura sortit de sa rêverie pour régler le vendeur. Hagrid se manifesta à travers la vitre. Tout content de lui, il brandissait une chouette dans sa cage. Au premier abord, Laura cru voir sa propre chouette, Alice. Mais non seulement ce n'était pas sa chouette, mais en plus Hagrid l'offrait à Harry. Il devait le faire exprès, ce n'était pas possible autrement!

« -Joyeux anniversaire Harry! »

Dans un léger soupir, Laura laissa échapper un léger « J'y crois pas » et entraîna son élève à l'extérieur en adressant un signe de tête au vendeur de baguettes.

____________________________________

La lumière prend parfois forme humaine
Il y a des personnes dont on ne peut se passer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-new-hogwart.fr1.co
Harry J. Potter
L'As du balais
avatar

Messages : 120
Points : 167
Date d'inscription : 20/01/2012
Localisation : Surement perdu dans Poudlard...

Feuille de personnage
Camp: Bien
Particularité: Fourchelangue
Baguette: baguette en bois de houx et plume de phénix mesurant 27,5 centimètres

MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   Dim 2 Mar - 18:44

    A peine le garde-chasse et le futur élève étaient-ils sortis de la banque que déjà le professeur Lunadeus donnait des instructions. Harry qui n’y connaissait encore rien à cette nouvelle vie, se contentait d’écouter et d’hocher la tête pour montrer qu’il avait bien compris. En fait d’une manière plus générale, on pouvait dire, qu’il suivait toujours le mouvement tout comme essayait de s’intégrer en posant ses questions, et montrant l’intérêt qu’il portait au monde magique.
    Le petit garçon avait encore du mal à réaliser qu’il n’y avait plus aucune contrainte qui lui barrait le chemin vers ce monde magique. Et l’idée de ne plus avoir à attendre pour obtenir ses fournitures, lui plaisait extrêmement. Il était ravi qu’on ne lui trouve plus une quelconque excuse l’empêchant de faire quoique ce soit. D’ailleurs il savait bien à qui il devait tout ça, ou du moins il pensait l’avoir bien compris. C’est pourquoi il comptait remercier les deux adultes qui l’accompagnaient à la fin de leur course, moment qu’il jugeait le plus adéquate.

    Pour l’heure il marchait tranquillement aux côtés du professeur Lunadeus. Aucun des deux n’avait encore échangé un mot avec l’autre. Harry n’avait préféré rien dire pour essayer d’éviter de trop dévoiler son enthousiasme et d’exaspéré alors son professeur en risquant de se montrer excessif et agité. Il estimait que le large sourire en travers de son visage devait déjà être suffisant pour elle, ce qui n’était certainement pas faux ! Mais comme il ne savait pas bien où on le menait, ni si la boutique se trouvait encore loin il demanda, d’un air intrigué, en se rappelant des instructions de son professeur :
    « Nous nous rendons chez monsieur Ollivander ? C’est chez lui que je vais trouver ma baguette ? » Le professeur ne lui répondit pas, et se contenta d’avancer vers une boutique après avoir enlevé la main du dos de son élève. Harry qui était resté au milieu de l’allée, leva les yeux vers la pancarte de la boutique où il put constater par lui-même sa réponse. C’était bien chez ce monsieur qu’il trouverait ça baguette magique.

    Ainsi, ayant obtenu la réponse qu’il avait attendu, il suivi les pas de Lunadeus et entra derrière elle pour y découvrir un monsieur d’un certain âge. Celui-ci semblait déjà connaitre le professeur. Harry qui commençait à comprendre le monde magique n’en fut pas si étonné. Comme tout sorcier elle avait du passé par là il y a longtemps, quand elle avait son âge, probablement… Qu’on sache qui il était, lui, ne le surprenait plus tellement non plus maintenant qu’on lui avait expliqué pourquoi. Il s’accommodait donc à être plus impassible qu’auparavant dans l’expression de son visage bien qu’il restait aussi charmant dans ses intonations.

    Le vieil homme savait encore parfaitement tenir son commerce. Il semblait connaitre sa boutique comme le fond de sa poche. On était loin, même très loin du vieil homme perdant peu à peu la mémoire, un peu lent ou encore sourd d’oreille. Bien au contraire !
    Harry qui l’observait voyait en lui la facilité qu’il possédait pour retrouver une baguette. Sa mémoire était intact sans aucun doute. Il ne fallait à Monsieur Ollivander que quelques secondes pour dénicher la baguette à laquelle il devait songer et en pianotant un peu il mettait la main dessus. Le futur élève ne pouvait garder face à ça un regard aussi indifférent et rester de marbre. Rien que ça le faisait rêver.
    Pourtant, il n’en avait pas vraiment le temps. Quand une baguette ne convenait pas, l’occasion de réfléchir ne se présentait pas non plus puisqu’une autre baguette lui était immédiatement tendue !

    En effet Potter dû essayer plusieurs baguettes avant de parvenir à trouver celle qui lui sciait à la perfection. La toute première qu’on lui tendu était…comment dire…tout simplement pas adapté à lui. A l’instant précis où il fit le geste qu’il estima être celui indiqué par son interlocuteur des tiroirs sortirent de leur emplacement laissant ainsi s’éparpiller les feuilles qui étaient à l’intérieur. Surpris, Harry fit une sorte de bond en arrière. Mais c’était s’en parler de la seconde baguette avec laquelle il brisa un vase!
    Harry avait l’impression d’enchainer les catastrophes les unes après les autres. Il s’en voulait même du désordre qu’il créait derrière lui. C’est pourquoi il prenait bien le soin de reposer chacune des baguettes avec précaution afin d’être sûr qu’elles ne créeraient pas un nouveau désastre dont il serait encore responsable. A trop vouloir se soucier de ce détail, il n’imaginait même pas la possibilité que d’autres puissent s’être retrouvé dans une situation semblable à la sienne, et donc aussi embêter que lui l’était.
    Heureusement la troisième baguette était la bonne. En effet à partir du moment où Monsieur Ollivander lui donna en main propre celle-ci, Harry fut transporter par une sensation étrangère et en oublia bien vite l’air perplexe et anxieux qui s’était glissé sur le visage du commerçant en sélectionnant cette baguette. Ce sentiment qui avait envahi le jeune sorcier restait indéfinissable même s’il était clair que quelque chose c’était produit, et pas n’importe quoi : le lien qui unissait un sorcier à sa baguette c’était révélé pour Harry. Mais il semblait aussi que ce n’était pas l’unique chose qui était survenu à ce moment-là. Pour les deux autres personnes présentent dans la pièce, cela avait une autre signification : les soupçons se confirmaient et leurs expressions détachées de celle du jeune Potter trahissaient leurs pensées. Néanmoins Harry n’eut point le temps de s’y attacher, l’arrivée du garde-chasse le prenait déjà à court.

    Hagrid, qui avait dû terminer ses achats personnels, en avait profité pour lui prendre une chouette en guise de cadeau d’anniversaire ; il tenait alors la cage à hauteur de son visage. Sous l’effet de l’étonnement, Harry resta un peu statique face à la vitre mais dès que le professeur le poussa à l’extérieur de la boutique, son sourire s’étira et il n’hésita plus une seule seconde pour s’avancer vers la cage que tenait le demi-géant.


    « Merci Hagrid. C’est vraiment gentil. Personne ne m’avait encore fait un si beau cadeau. »

    Personne en effet, puisqu’au jour où il était devenu orphelin, il n’avait plus jamais reçu aucun présent si ce n’est des vieilleries dont les Dursley souhaitent se débarrasser.

    Harry qui passait déjà sa main à travers la cage pour la caresser s’adressa à Hagrid.


    « - Quel est son nom ?
    - C’est à toi de lui en donner un. Mais ne t’inquiète pas, si tu ne sais pas maintenant tu auras tout le temps d’y réfléchir à Poudlard »

    Hagrid avait dû s’apercevoir que le jeune sorcier n’avait pas de prénoms précis en tête...


____________________________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une liste de fourniture qui n'en finit pas... (juillet 1991) [PV Harry]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» liste des armes pour l'obtention des runes RA
» Liste d'armée gobelines en 750 points
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Des VP Pour Obama, la liste est longue
» LISTE PARTIELLE DES VICTIMES ET MAGOUILLES DU LAVALAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une nouvelle histoire pour Poudlard :: Au dehors :: Prés-au-lard-
Sauter vers: